mardi 25 mars 2014

Un petit coup de pouce... s'il vous plait

Je... hm, ne suis pas très à l'aise pour demander ce genre de choses, et encore moins à l'aise avec le fait de m'épancher sur ma vie ou ce qui m'arrive, mais voilà : j'ai besoin de votre aide.

Je traverse une période plus que difficile : ma mère va entamer une chimiothérapie, mon chien devra probablement être euthanasié cette semaine – et je n'ai pas de quoi payer son euthanasie ni sa crémation, je suis menacée d'expulsion pour loyers impayés.
Ah, et je deviens sourde, aussi. 
Pour ceux qui ne me connaissent pas, tout ceci s'ajoute à mon handicap – je suis déjà en fauteuil roulant car atteinte de la maladie des os de verre, et à ma précarité financière (l'allocation adulte handicapé est sous le seuil de pauvreté, pour information).

Des amis m'ont donc suggérée de faire un appel aux dons.
Surgit alors un autre problème : comme je le disais plus haut, je ne sais pas trop m'y prendre avec ces choses là. Appeler aux dons pour d'autres, ou pour une organisation caritative ou humanitaire, pour une association, pour un collectif de grévistes, je sais faire. Appeler aux dons pour moi me met nécessairement beaucoup plus mal à l'aise. Faire la manche, dans la rue ou sur internet, n'est que rarement une activité agréable... d'autant qu'il faut passer par l'étape "expliquer ses problèmes" et donc raconter sa vie – à des inconnus qui lisent ces lignes. Ce qui est embarrassant.


Beaucoup d'handicapés ont l'habitude de parler de ces choses là. De leurs souffrances, de leurs difficultés. Pas moi. Ou quand je le fais, c'est avec une bonne dose d'humour, ou de rage, ce qui a pour inconvénient majeur d'effacer toute trace ou presque d'empathie et de compassion chez les gens.
Je le fais d'ailleurs sciemment. Je n'aime pas faire pitié. Je n'aime pas être considérée uniquement au regard de mon handicap ou de mes difficultés.

« Il faut aimer les êtres pour eux-mêmes, non pour leur souffrance. »
Jean-Paul Pinsonneault

Très tôt, je me suis rendue compte qu'un nombre conséquent d'individus n'en auraient rien eu à faire de moi si je n'avais pas été handicapée. Bonnes choses – invitations, cadeaux, traitements de faveur – comme mauvaises – agressions, discriminations – beaucoup me sont arrivées parce que j'étais handicapée. C'est justement ce que je déteste : avec la reconnaissance du handicap vient trop souvent la négation de l'individu. 
On n'est plus une personne, avec ses qualités et ses défauts, on est avant tout voire uniquement : un-e handicapée. Peu importe que tu sois idiot ou incompétent, ou intelligent et talentueux, t'es surtout handicapé. Et c'est foutrement insupportable.
Du coup j'ai tendance à mettre en avant mon caractère, ma personnalité, moi, plutôt que mon handicap ou mes problèmes.
Et justement, mon caractère pose un autre problème : je suis apparemment trop combative et trop joyeuse. On s'attend à ce que les gens au bout du rouleau ne parlent que de leur souffrance, ne connaissent que ça.

« Plus on a de la souffrance, plus on a de la joie. »
Edith Piaf

Or, quand on a beaucoup souffert, quand on a vécu beaucoup de choses graves, difficiles, quand on a déjà été confronté à des situations de péril, on a une sorte de "double lecture" de la vie : on prend à la fois tout très au sérieux, et complètement par-dessus la jambe. 
Et puis on n'est pas le dernier ou la dernière à profiter de la vie, de chaque opportunité qui se présente, des invitations aux soirées, à savoir apprécier des choses simples, à rire. Tout ce qui peut rendre la vie plus légère, agréable, moins pénible, oui on prend. Bien sûr. Parce qu'on sait que la vie peut être un tas d'immondices et d'injustices, d'horreurs, de dangers, de douleurs ; et parce qu'on sait aussi que chaque occasion de l'oublier fait du bien, permet de recharger les batteries, juste ce qu'il faut pour pouvoir continuer. Parce qu'il faut toujours continuer. Pas par bravoure ni courage. Mais simplement parce qu'on n'a pas d'autre choix.
Alors on encaisse, on rend les coups aussi, on profite des opportunités qu'on trouve si on peut, et puis on avance.

Mais là, j'en suis arrivée à un stade... où je fatigue. Vraiment. Je n'en peux plus d'encaisser, je n'en peux plus de devoir tenir bon, de devoir avancer coûte que coûte, je n'en peux plus de toujours devoir être forte, d'attendre des lendemains qui chantent mais qui ne viennent jamais. Ou qui chanteront peut-être, mais sans que je puisse les entendre à cause de ma surdité qui s'aggrave.

Sourde. Sourde ! Sourde ? Moi qui suis la reine de la répartie en mode sniper, sourde
Comment faire pour répliquer, participer, réagir quand on n'entend pas ce que les gens disent, ou qu'on répond complètement à côté de la plaque parce qu'on a mal entendu ? Sourde, putain. J'avais bien besoin de ça, en plus du reste.


Et voilà aussi pourquoi je n'aime pas parler de mes problèmes : j'en ai trop. En évoquer un seul, c'est risquer de laisser se défaire toute la pelote de laine d'emmerdes qui servent de fil rouge à ma vie. Et puis parmi ces problèmes, il y en a beaucoup auxquels on ne peut rien faire, alors à quoi bon en parler. 
Mais il y en a d'autres qui pourraient être résolus si vous m'aidiez, voilà pourquoi je me vois "contrainte" de vous parler de tout ceci aujourd'hui, et de faire appel à vos dons (afin de m'éviter d'avoir à ouvrir un labo clandestin de méthamphétamines. Un risque que je préfèrerais ne pas prendre étant donné que je suis nulle en chimie, et parfois maladroite).

Ce n'est peut-être pas très "vendeur" ce que je vais dire là mais... ça m'emmerde d'avoir à demander de l'argent, comme ça, et de raconter mes problèmes. Vous n'imaginez pas à quel point ça m'emmerde, vraiment. Mais c'est juste que... là, je n'en peux plus, je suis à bout. Tout s'enchaine, les mauvaises nouvelles et soucis s'accumulent, les galères appellent d'autres galères – abyssus abyssum invocat. Et sans aide immédiate pour casser la dynamique infernale de précarité qui s'est installée, sans aide pour me soulager un minimum face à ce déluge de problèmes, je ne m'en sortirai pas.  
Pour m'aider, il suffit de faire un don au moyen du bouton Paypal qui se trouve tout en haut du blog, sous mon avatar (oui, ce gros ours bourru en tutu rose).
À noter : le bouton Paypal n'apparait pas sur la version mobile du blog :/

Un rappel : vous n'êtes évidemment pas obligé de m'aider. Je ne vous demande pas de m'aimer, de m'apprécier, ni d'avoir pitié. 
En outre, il existe sur Terre des personnes, et des causes, dans une situation beaucoup plus grave et urgente que la mienne. J'en suis parfaitement consciente, et au demeurant plutôt attristée que réjouie de savoir qu'il y a pire que moi – ce que je n'ai jamais trouvé être une consolation, bien au contraire.
Je sais aussi que nombre d'entre vous sont aussi dans une situation précaire, voire plus précaire que la mienne. 
J'insiste donc sur le fait que vous êtes parfaitement libre de faire un don ou non, et que si vous êtes vous-même dans le besoin je comprends très bien que vous ne puissiez m'aider financièrement, si modestement soit-il. Les difficultés financières, je sais justement ce que c'est – c'est même l'objet principal de ce billet.
Mais si vous avez la possibilité de m'aider, ne serait-ce qu'avec 10 ou 20 euros, et si vous êtes plusieurs, votre don me sera évidemment utile, même si vous pensez que ce n'est qu'une goutte dans un vaste océan de précarité. « Les petits ruisseaux font les grandes rivières. »

***

À quoi serviront vos dons ?

Pour faire court : à payer les soins, ou l'euthanasie..., et la crémation de mon chien (environ 500 ou 600 euros) ; à payer un ou deux loyers de retard (360 x 2 = 720 euros) pour les faire patienter le temps que je remplisse un dossier d'aide (FSL) et qu'il passe en commission ; à acheter pour environ 200 euros de matériel manquant pour des travaux dans mon logement (installer des étagères à ma hauteur, ce genre de choses), si je n'ai pas été expulsée d'ici là ; à payer l'assurance de ma voiture (dont je ne peux pas me passer, car les fauteuils roulants et les transports en commun ne sont guère compatibles en général) soit environ 400 euros pour une année.
Ce qui fait à peu près 1 920 euros au total. Oui, ça chiffre vite... c'est justement pour cette raison que j'ai besoin d'aide. L'allocation adulte handicapé, c'est 790,18 euros par mois. 

Je suis déjà prise en charge par l'aide sociale, mais elle n'est pas illimitée (non, être allocataire ce n'est pas l'el dorado pour fainéants que certains s'imaginent). Je suis aussi en train de constituer un dossier FSL, et un dossier de surendettement.

Mais c'est en attendant que ces démarches soient constituées (il faut un taaaas de justificatifs et de papiers) et qu'elles aboutissent que je suis dans un besoin urgent d'argent. Pour mon chien, qui ne peut plus marcher depuis hier et doit donc être pris en charge rapidement ; pour payer quelques loyers et éviter une expulsion ; pour les travaux de mon logement, éternellement repoussés alors que j'en ai vraiment besoin ; pour l'assurance de ma voiture et la sauvegarde de mon autonomie. Sans voiture, tout se complique davantage. Or, j'ai déjà mon lot de difficultés et obstacles au quotidien à gérer.

Roswell, mon gros toutou


Par ailleurs, quand on est en situation de précarité financière, les besoins ne manquent pas. 
Par exemple j'aimerais aussi pouvoir faire réparer mon PC, sans lequel je serais (encore plus) dans la m...ouise. Ça aussi c'est éternellement repoussé, et j'ignore combien de temps il tiendra encore.
J'aimerais aussi acheter du matériel et les logiciels adéquats pour les vidéos de ma chaine Youtube (on a même tourné la première émission, youpi ! Partie 1 et partie 2, sur les jeux vidéo RPG). 
J'ai également besoin d'un bon casque audio, prise jack, pour pouvoir entendre la télé, la musique, ou mes jeux vidéo. Mon casque audio est mort il y a quelques temps de ça déjà. Et sans casque, je n'entends presque rien. Ou alors mes voisins en profitent aussi... Voilà donc plusieurs semaines que je regarde la télé sans le son, essayant de choper tous les films et les séries en VOSTFR – avec les sous-titres j'arrive à suivre environ ce qui se passe. Mais je ne peux plus écouter les podcasts ni plein d'émissions sur le web, car elles ne sont pas sous-titrées. Oui, c'est pas grand chose comparé au reste, mais justement : ça plus ça plus ça plus ça... au bout d'un moment, ça fait beaucoup. Trop.

Alors voilà, j'ai besoin de vous. Pour tout ceci, et bien plus ; pour tout ce qui est urgent (mon chien, l'expulsion etc), pour tout ce qui l'est moins. Si vous pouvez m'aider, ne serait-ce qu'un peu, je vous serais vraiment reconnaissante de le faire. À défaut, toute autre forme de soutien, de coup de pouce, est aussi la bienvenue.

Et je... ben voilà, merci.



---
« Sache souffrir. Mais ne dis rien qui puisse troubler la souffrance des autres. »
Léon-Paul Fargue


***

Mise à jour, dimanche 30 mars 2014 :

- merci à tous ceux et toutes celles qui m'ont déjà fait un don, la somme n'est pas encore atteinte mais petit à petit ça avance :)

- j'ai enfin un casque audio et je peux de nouveau regarder la télé, écouter des podcasts etc : merci beaucoup !

- mon chien remarche, avec difficulté mais il remarche, suffisamment pour retarder l'inévitable - dans l'immédiat. La paralysie brutale dont il a souffert indique probablement une hernie discale ou un problème de cet ordre, des examens complémentaires sont nécessaires

- et (encore) un grand merci pour vos témoignages de soutien, ça fait vraiment du bien...

14 commentaires:

  1. Rahh, j'avais écrit un loonnggg commentaire et... Bim, retour en arrière, texte perdu...

    Bref, je disais que je te souhaitais beaucoup de courage pour endurer tout ça et que, pour le peu que j'ai pu lire de toi, tu me sembles être quelqu'un de très sympathique, combatif et qui ne mérite pas tout ce que tu vis en ce moment. Après, c'est ce qui a forgé ton caractère, y'a toujours du positif dans le négatif on va dire.

    J'espère que tu auras beaucoup de monde pour te soutenir. Pour ma part, je ne peux pas t'aider financièrement (ayant moi aussi pas mal de soucis à ce niveau), j'espère simplement que mon message te réchauffera un peu le coeur.

    Merci de continuer à alimenter ce blog :)

    RépondreSupprimer
  2. Juste pour info, le bouton Paypal n'apparait pas en version mobile et c'est dommage.
    Pour le reste, courage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « le bouton Paypal n'apparait pas en version mobile et c'est dommage »

      Oui on me l'a signalé >.<
      Je viens de mettre à jour le billet, en incluant cette information.


      « Pour le reste, courage »
      Hélas j'ai pas vraiment d'autre choix... c'est justement ce qui est usant, à force. Tout soutien est d'autant plus précieux, alors merci pour ton message :)

      Supprimer
  3. Je vais pas écrire un roman, en fait je voulais juste te dire, tu n'es pas seule. Je vais surement parler au nom d'autres personnes on est avec toi. J'ai relayé ton appel au secours et je suis persuadé que certains vont l'entendre.

    En attendant et même si je sais que tu as déjà fait preuve, courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « J'ai relayé ton appel au secours et je suis persuadé que certains vont l'entendre »
      Relayer c'est déjà beaucoup, merci :)

      Supprimer
  4. Je viens aussi te souhaiter bon courage et j'espère que ta pelote de problèmes finira par se détricoter au moins un peu pour te laisser respirer. Et bien sûr merci pour tous ces articles que tu publies ici. (clairdelune)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « j'espère que ta pelote de problèmes finira par se détricoter au moins un peu pour te laisser respirer »

      Oui voilà, respirer un peu, recharger les batteries un minimum...
      Merci pour ton soutien :)

      Supprimer
  5. La mendicité se conçoit plutôt comme un mode de vie (auquel je n'ai rien à redire). Là je constate que tu fais juste appel à notre solidarité face à une escadrille d'emmerdes. J'espère qu'on sera nombreux à répondre présent. Accroche-toi la fée, plein de courage pour maman fée et calins respectueux au chien le plus classe du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « La mendicité se conçoit plutôt comme un mode de vie (auquel je n'ai rien à redire) »

      Je vois ce que tu veux dire, et oui - et non.

      En ce qui me concerne, j'ai déjà eu à "mendier", à faire la manche. Une expérience fort peu agréable, au demeurant.
      Que ce soit d'un point de vue humain - ces regards dans lesquels tu lis du mépris ou du dégoût pour "le parasite" que tu es à leurs yeux, les flics qui te disent de dégager, les SDF qui n'apprécient pas "la concurrence" sur leur territoire, les dragueurs en mode relou voire harcèlement parce que hey !, une nana qui fait la manche c'est sûrement une proie facile (ou pas :D) - ou d'un point de vue pragmatique : on fait rarement la manche dans des endroits douillets et confortables, de sorte qu'avec le froid, l'humidité, et la pollution, on perd environ la moitié voire les trois-quarts de ce qu'on a "gagné" avec les frais de médecin et de pharmacie.
      Mendier est bien moins rentable que certains se l'imaginent. En tout cas pas suffisamment en ce qui me concerne pour que j'en fasse un mode de vie ou une "carrière", c'est sûr.

      Perso, les rares fois où j'ai dû m'y résoudre, c'était pour parer à l'urgence : remplir le frigo, la gamelle des animaux ; acheter un peu de tabac ; ou remettre 10 ou 20 euros d'essence dans la voiture, parce que comme je l'expliquais, sans voiture... c'est compliquayyy quand t'es en fauteuil roulant.
      Bref, c'était vraiment de la survie, de la dépanne, pour subvenir à des besoins fondamentaux et urgents.
      Je suis pas partie à Ibiza avec. Pourtant j'aurais aimé, je t'assure ^^


      « Là je constate que tu fais juste appel à notre solidarité face à une escadrille d'emmerdes »

      Je, heu, oui voilà, c'est complètement ça... :/ Je sature. Et j'ai besoin d'aide là maintenant tout de suite, même si ça me fait (mais vraiment) chier de l'admettre et d'y avoir recours.

      Et merci pour ton message de soutien :)

      Supprimer
    2. J'ai dû mal m'exprimer. Quand je parlais de mode de vie, je n'insinuais pas qu'il s'agirait d'un choix. C'est juste que je te trouvais un peu dure avec toi-même en comparant ta démarche avec le fait de faire la manche ou de mendier (rapport à la photo de l'article de 20MIN).
      Au final, c'est toujours à ceux qui sont le plus dans la merde et qu'on aide le moins que doit revenir la culpabilité.
      Pendant ce temps le gouvernement cherche à voler 30 milliards sur le salaire différé pour en faire cadeau aux patrons.
      Ces patrons, banquiers, actionnaires et leurs chiens de garde qui vivent vraiment sur notre dos à tous, ils le font au quotidien, sans demander notre avis et sans jamais dire merci.
      J'aimerais bien voir cette chouineuse de Gattaz essayer de vivre avec moins de 800 € d'allocs de "l'Etat povidence".
      Donc si notre modeste contribution peu t'aider un peu, c'est tant mieux et pas la peine que t'en veuilles.
      Et si ça ne suffit pas, n'hésite pas à nous relancer.

      Supprimer
  6. Salut La Bonne Fée !
    j'espère que tu vas bien, on a plus trop de nouvelle de toi ces derniers jours (j'ai fait un petit don ce mois ci, espérant que suffisamment de personne ont fait la même chose). On espère avoir de tes nouvelles. Bises !
    Huguess

    RépondreSupprimer
  7. Hello madame! j'essaie de te joindre sur ton mobile, en vain, et je cherche en vain sur ton blog comment te laisser un message, et vraisemblablement je suis pas douée (on était plus doués pour péter des murs et occuper le bâtiment D si tu vois ce que je veux dire... au fait t'as retrouvé la sainte relique?). Bref, tout ça pour dire que faudrait que je te parle pour voir si, côté logement, j'ai matière à agir (comme je suis de la partie, tu vois, bon, autant que ça serve hein..) . Si jamais tu n'as plus mon portable, demande mon email ou mon numéro à Hélo. Voilà, on est là. Angela

    RépondreSupprimer
  8. Holé La Bonne fée ,je viens de la communauté Gameblog où j'ai vu ton statut tout à l'heure avec cette vidéo et ce blog qui respire la joie et la passion du JV ; je suis dans une dech' pas possible financièrement pour des affaires médicales mais j'ai essayé de te donner un tout ptit quelque chose en espérant qu'on soit le plus nombreux possible pour que ça paraisse plus gros.

    Bon courage pour toutes tes affaires ♫ Tu sais que t'as du soutient avec toi des quatre coins du pays :)
    Et vive la Next Gen plus très next gen

    RépondreSupprimer

Vous pouvez laisser un message, Hermès transmettra :